Qu’est-ce que la maladie parodontale ?

 

La maladie parodontale regroupe en fait plusieurs maladies buccodentaires atteignant les tissus de soutien des dents (le parodonte). On distingue plusieurs stades de la maladie parodontale :

  • La gingivite : il s’agit d’une inflammation de la gencive causée par la plaque dentaire. La gencive est rouge, lisse, gonflée, et saigne facilement. La gingivite est réversible.
  • La parodontite: stade avancé de la gingivite. La parodontite se caractérise par le déchaussement et une mobilité anormale des dents due à la récession gingivale et s’accompagne d’hypersensibilité et de douleurs dentaires.

Il s’agit d’une perte osseuse irréversible.

Non traitée, la maladie parodontale peut occasionner la perte d’une, voire plusieurs dents.

Pour aller plus loin sur ce sujet, je vous invite à consulter cette fiche descriptive sur la maladie parodontale, ses risques et les traitements existants.

 

Quel lien entre le diabète et la maladie parodontale ?

 

L’un des signes du diabète est un débit salivaire diminué. Cette hyposialie va entraîner une augmentation de la masse bactérienne. En effet la salive joue un rôle primordial dans la lutte contre les bactéries buccales. Tout ceci augmente la formation de plaque au niveau de la gencive.

En outre, une personne diabétique est sujette à un dérèglement glycémique, ce qui peut favoriser la modification de la composition de la plaque dentaire en raison du glucose contenu dans la salive (les bactéries sont mieux nourries).

L’assèchement de la bouche combiné à une présence augmentée de glucides et à une plaque dentaire plus abondante constituent ailleurs un terrain très favorable à la formation de caries dentaires, notamment chez les enfants diabétiques.

De plus, il est observé que le diabète détruit le collagène contenu dans les gencives. Cette protéine joue un rôle primordial dans le maintien du tissu de soutien des gencives, des tendons et des os.  La perte du collagène dans les gencives accélère la destruction du parodonte.

Le diabète peut provoquer l’inflammation des vaisseaux sanguins et causer une diminution de l’afflux sanguin dans les vaisseaux situés au niveau des gencives. Sans cet afflux, les gencives ne bénéficient plus des apports nutritifs nécessaires pour guérir les lésions.

De plus le diabète modifie profondément les capacités de nos défenses immunitaires, en particulier la phagocytose, et le risque infectieux est donc augmenté.

Un patient diabétique de type 1 présente 3,5 fois plus de risques d’avoir une maladie parodontale qu’un patient non-diabétique. Un patient atteint d’un diabète de type 2 aurait quant à lui un risque accru de 2,8 fois d’avoir une maladie parodontale.

Il a aussi été démontré que les patients souffrant de parodontite ont un risque multiplié par 2 de développer un diabète de type 2.

En effet, certaines toxines bactériennes (les lipopolysaccharides : LPS) impliquées dans les maladies parodontales, passent dans le sang, et entraînent une inflammation générale chronique, aux conséquences multiples, dont la survenue d’un diabète de type 2.

D’ailleurs, il est prouvé qu’il est beaucoup plus difficile d’équilibrer le diabète d’un patient atteint de parodontite.

Les liens entre ces deux pathologies sont très étroits.

 

Quelle prévention pour lutter contre la maladie parodontale ?

 

La maladie parodontale n’est pas une fatalité pour un diabétique. En effet, si la maladie est bien contrôlée, le patient aura les mêmes chances de guérison qu’un patient non-diabétique.

La première cause à traiter est donc la maîtrise du diabète pour prévenir et arrêter la maladie parodontale.

 

Alimentation

 

Une alimentation équilibrée permettra de mieux contrôler et normaliser la glycémie du patient. Des études très sérieuses ont aussi montré qu’une alimentation trop riche en graisses constituait un facteur de risque non négligeable dans la survenue d’une parodontite et du diabète de type 2.

 

Hygiène buccodentaire

 

Toutefois, et comme n’importe quelle autre personne, le patient diabétique doit aussi et surtout appliquer rigoureusement une hygiène buccodentaire basée sur :

  • Un brossage dentaire efficace après chaque repas, pendant trois minutes,
  • L’utilisation d’une brosse à dents électrique, qui permet d’atteindre les espaces inter dentaires plus facilement qu’avec une brosse à dent manuelle,
  • L’emploi du fil dentaire et/ou de brossettes inter-dentaires une fois par jour.

 

Il est aussi conseillé de mastiquer des chewing-gums sans sucre, car le fait de mâcher de la gomme permet une meilleure salivation, ce qui diminue le nombre de bactéries et de résidus alimentaires en bouche. Attention toutefois à ne choisir que des chewing-gums sans sucre et contenant de préférence du fluor.

 

Le suivi par un dentiste

 

Dans le cas d’un diabète, le chirurgien-dentiste doit être consulté régulièrement tant pour prévenir que pour traiter les problèmes bucco-dentaires et notamment la maladie parodontale. Ce spécialiste de la santé dentaire sera le mieux placé pour vous guider dans la mise en place une prévention personnalisée prenant en compte les caractéristiques du patient : état de santé général, étude du terrain bucco-dentaire, test salivaire pour mesurer l’acidité, état des lieux des habitudes alimentaires…  La coopération entre le médecin généraliste, le diabétologue, et le chirurgien-dentiste est indispensable à la prise en charge de ses maladies intercurrentes.

 

Ecrit par Dr Michaël Lumbroso,  Docteur en Chirurgie Dentaire – Mise à jour le 26 Mars 2015

 

Sources :

Dossier de Presse « Santé Parodontale et facteurs de risques associés » – Février 2005

Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire / Centre Techniques d’Appui et de Formations des Centres d’Examen de Santé

Separating Fact from Fiction: Use of High-Level Evidence from Research Syntheses to Identify Diseases and Disorders Associated with Periodontal Disease Amir Azarpazhooh, Howard C. Tenenbaum, Posted on March 05, 2012, J Can Dent Assoc 2012;78:c25

Li et al. Stem Cell Research & Therapy 2014, 5:67 http://stemcellres.com/content/5/3/67

Lipopolysaccharide differentially affects the osteogenic differentiation of periodontal ligament stem cells and bone marrow mesenchymal stem cells through Toll-like receptor mediated nuclear factor κB pathway

Grossi S.G., Genco R.J. Periodontal disease and diabetes melli tus : a two-way relationship. Ann Periodontol 1998; 3: 51-61

http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/une-alimentation-riche-en-graisses-augmente-le-risque-de-parodontite